Du 22 au 29 mai : 14 audio-conférences en libre accès

Du 22 au 29 mai se déroulera le Congrès Virtuel EFT : 14 audio-conférences en libre accès (2 par soir : 19h et 21h).
Parmi les conférences potentiellement intéressantes, on retient :

N’hésitez pas à nous faire parvenir vos compte rendus si vous assistez à ces conférences !

« 30% des femmes ont ressenti des douleurs lors de leur dernier rapport »

Nous ne le dirons jamais assez : ressentir des douleurs lors des relations sexuelles n’a rien de honteux et ne devrait pas être tabou ! Quelles qu’en soient la nature et l’intensité, il faut oser en parler pour trouver des solutions.

D’après cet article, « Environ 30% des femmes et 7% des hommes ont ressenti des douleurs lors de leur dernier rapport sexuel vaginal avec pénétration, selon une étude parue dans la dernière édition du Journal of Sexual Medicine. »

 

« Vaginisme, la maladie d’amour »

Dans ce nouvel article, la journaliste relaie le témoignage de Noémie, atteinte de vaginisme depuis quatre années. On y retrouve nombre d’éléments communs à d’autres parcours : l’incompréhension, les doutes, la difficulté de consulter, l’intérêt des exercices à domicile, le rôle du partenaire,… Paru sur le site Webullition, Le web’zine du master de webjournalisme de l’université de Lorraine à Metz.

Emission radio sur le rôle de la kiné

Cette émission radio (France culture) met l’accent sur l’impact que peut avoir la rééducation périnéale (notamment via le recours aux boules de Geisha ou aux massages) dans les difficultés sexuelles : fuites urinaires, douleurs sexuelles,…
A partir de la « minute 20″, nous pouvons entendre le témoignage d’une jeune fille, souffrant d’une inflammation du vestibule, chez qui les massages périnéaux sont très efficaces.

MISE EN LIGNE DES ARCHIVES (2010-2014)

ARCHIVES 2014

 

« Comment survivre au décalage de désir ? »

Malgré certains stéréotypes, on retrouve dans cet article quelques bons conseils. A lire !

« Vaginisme, mythe ou réalité ? »

Cet article est une bonne occasion de rappeler que le vaginisme est une contraction INVOLONTAIRE des muscles :

« Il faut d’abord se rendre compte qu’il est impossible de raisonner le corps qui a peur.

Autant une femme intelligente peut comprendre que faire l’amour est bon, agréable, magnifique, autant ce savoir ne suffit pas à débloquer et à rassurer son vagin ! »

Pourquoi le vaginisme ? L’auteur passe en revue quelques causes possibles : réflexe de protection suite à une douleur vaginale due à une pathologie (mycose, lichen,…), souvenir d’un rapport douloureux, mémoire de traumatismes génitaux, peurs diverses (peur d’avoir un enfant, de l’accouchement, de la mort,…).

« Le vaginisme, on en sort ! »

Rien qu’à son titre, il nous plait bien cet article !  De plus, il rappelle quelques éléments cruciaux :

- importance d’en parler et de consulter,

- contraction INVOLONTAIRE,

- il n’est pas normal d’avoir mal pendant l’amour,

- …

Bref, un article sympa à lire pour se rappeler les bases !

-

-

ARCHIVES 2013

 

« La rééducation périnéale, est-ce pour moi ? »

Cet article fait le point sur les douleurs périnéales et le rôle que peut jouer la rééducation périnéale.

« Vaginisme : un mur entre les cuisses »

Comme le dit l’auteur de cet article, « Il n’y a pas de solution absolue ». Il est exact qu’il n’existe pas de solution miracle. Cependant, il y a bel et bien de multiples pistes à envisager pour venir à bout du vaginisme, que ce soit seule ou accompagnée d’un professionnel, que ce soit un travail psychologique ou corporel !

« Ça s’explik »

Pour ceux et celles qui cherchent des infos vulgarisées : un site du Conseil Général qui vise à sensibiliser les jeunes sur la santé, la sexualité, et les relations amoureuses.

« Le périnée, selon vous, c’est quoi ? »

Cette petite enquête de rue (vidéo) autour des questions « qu’est-ce que le périnée ? » et « à quoi sert-il ? » montre que les femmes souffrant de douleurs ne sont pas les seules à méconnaître leur anatomie… Eh non, le périnée, ce n’est pas juste « un truc pour l’accouchement », et encore moins « un os » ou « une région de France » !

« Vulvodynie : sortir les femmes du silence »

Comme le dit cet article, si vous souffrez pendant l’amour, que ce soit du à une vulvodynie, un vaginisme, une sécheresse vaginale ou quoi que ce soit d’autre, un seul mot d’ordre :  PARLEZ-EN !! Se sentir entendue, comprise, guidée, épaulée par les professionnels de la santé est crucial. Et si les spécialistes auxquels vous avez affaire se révèlent peu intéressés par le problème voire méprisants, n’hésitez pas à en changer !

« Sexo: la pilule peut-elle influencer ma libido ? »

Encore un article sur le lien possible entre pilule et baisse de libido… Quoi qu’il en soit, n’hésitez jamais à en parler avec votre médecin, il existe des alternatives (Tableau comparatif des contraceptifs) !

« Découvrir les exercices de Kegel »

Les exercices de Kegel (contraction-décontraction) sont souvent conseillés pour apprendre à mieux maîtriser son périnée. On trouve quantité d’explications sur Internet, notamment sur ce site. Cependant, nous conseillons vivement de consulter un professionnel (kiné, sage-femme) afin de bien se faire expliquer les exercices. Partir sur de bonnes bases, exécuter correctement ces exercices, les combiner avec des exercices de respiration,… tout ceci ne rendra les exercices que plus performants !

« Vestibulodynie provoquée : de nouvelles pistes incitent à intégrer le partenaire à la prise en charge. »

Un article intéressant sur l’implication du partenaire dans la prise en charge de la vestibulodynie. Les informations fournies pourraient certainement être transférées aux cas de vaginisme. Ce que l’on retient :

(…) il s’avéra qu’avoir un partenaire « empathique » était associé de façon statistiquement significative à un degré de douleur plus élevé lors des rapports sexuels (…). En contrepartie, avoir un partenaire « encourageant » était significativement associé avec un niveau de douleur moins intense, ainsi qu’à une satisfaction sexuelle plus élevée.

* Partenaire « empathique » = compatissant, surprotecteur et soucieux, il irait même jusqu’à suggérer l’évitement des rapports sexuels afin de prévenir toute douleur

* Partenaire « encourageant » = facilitant la gestion de la douleur, il encourageait sa compagne à composer avec sa douleur et à maintenir leurs rapports sexuels

« La dyspareunie : douleur lors des rapports »

Petit rappel de vocabulaire : le terme « dyspareunie » est le terme scientifique qui signifie « douleur pendant les rapports sexuels ». Si vous avez mal pendant l’amour, vous souffrez donc de dyspareunie. Le diagnostic ne doit pourtant pas s’arrêter là : le professionnel (gynécologue, dermatologue) doit vous aider à découvrir l’origine de cette douleur, de cette dyspareunie. L’article suivant rappelle différentes causes possibles : mycoses, cause hormonale, irritation, allergie, vulvodynie, fibrome à l’utérus, endométriose, manque de désir ou d’excitation, vaginisme, cause psychologique,…

« Vaginisme – hypnose »

L’hypnose est l’une des pistes qu’il est possible d’exploiter en vue de faire régresser un vaginisme (notamment en travaillant sur la gestion des émotions, la détente, la relaxation,…). Rappelons également deux éléments essentiels. D’abord, il est souvent bénéfique d’associer plusieurs thérapies, par exemple une thérapie corporelle (type rééducation périnéale) et une autre plus axée sur le psychologique. Cela permet de travailler à la fois le corps et l’esprit (le vaginisme étant un trouble corporel d’origine psychique). Ensuite, attention au risque d’entrer dans une démarche de « consommation des thérapies ». Il est fréquent que les femmes multiplient les thérapies dans le but de trouver enfin LE spécialiste qui parviendra à la guérir. Cependant, c’est bien souvent l’association de différentes démarches qui entraînera un déclic chez la personne, et non l’action d’un seul professionnel isolé. Ainsi, mieux vaut sans doute entamer une thérapie en essayant de voir quelle pierre celle-ci peut apporter à l’édifice plutôt que de la voir comme une thérapie-miracle potentielle (avec un risque de déception-découragement… jusqu’à la thérapie suivante).

« Vulvodynie – questionnaire en ligne »

Vous souffrez de vulvodynie ? Nous vous invitons à compléter un petit questionnaire en ligne, anonyme, afin d’aider une sage-femme lyonnaise dans ses recherches pour son mémoire. Merci pour elle !

« WISH: Appel à pétition pour la reconnaissance du droit  pour les femmes à une Médecine Sexuelle performante, incluant l’accès à des traitements adaptés »

Nous relayons cet appel à pétition pour la reconnaissance du droit pour les femmes à une Médecine Sexuelle performante, incluant l’accès à des traitements adaptés.

• Je veux que ma santé sexuelle soit considérée comme faisant partie intégrante de ma santé et de mon bien-être général et non comme un style de vie particulier

• Je veux que les femmes qui souffrent de troubles de la fonction sexuelle ne soient plus éconduites mais soient médicalement ou psychologiquement prises en charge.

• Je veux que les institutions gouvernementales considèrent les traitements médicaux aussi légitimes pour les femmes que pour les hommes

« Conversations avec ma libido »

Vous cherchez une idée de sortie en couple ou entre copines pour les semaines à venir ? Vous serez peut-être intéressés par « Conversations avec ma libido », une « pièce légère et moderne, gravitant autour du thème de la sexualité et de son importance au sein d’un couple. »

« Troubles sexuels féminins : les identifier pour mieux les soigner »

Cet article rappelle les différentes dysfonctions sexuelles identifiées et décrites dans le « Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux ». Forcément, les descriptions et explications sont sommaires (et les vulvodynies non présentes).

« Définitions et diagnostic des vulvodynies provoquées »

Voici une vidéo extrêmement intéressante à propos des vulvodynies, en particulier la vestibulodynie provoquée.

Il s’agit d’une conférence du Dr Moyal-Barracco, dermatologue spécialiste de ces douleurs. Attention : présence de photos susceptibles de choquer.

Au slide 15, elle rappelle ce qu’est précisément une vestibulodynie : un « inconfort vulvaire, le plus souvent décrit comme une brûlure, en l’absence de signes visibles pertinents ou d’une cause neurologique identifiable cliniquement. »

C’est bien cette absence de lésion qui correspond à une vestibulodynie : il ne s’agit donc pas d’une inflammation (d’où l’abandon du terme « vestibulite vulvaire »). Concrètement, on ne voit rien d’anormal (lésion, inflammation, verrue,…) et pourtant, la douleur est bel et bien réelle. D’où la difficulté du diagnostic et le fait que certains professionnels prescrivent des anti-mycosiques ou d’autres traitements inutiles (qui font plus de mal que de bien).

« Pénétration douloureuse – Dyspareunie »

Cet article évoque de manière générale les dyspareunies (douleurs pendant les rapports) : ses différentes causes, ses conséquences,…

De notre côté, on regrette qu’il ne soit pas fait mention des vulvodynies, et on émet des réserves quant à l’affirmation : « Lors du premier rapport sexuel, la déchirure de l’hymen peut provoquer une douleur vaginale. Cela est très fréquent (…) ».

« Vestibulodynie, vous connaissez ? »

Le Québec et ses nombreux travaux et recherches en matière de vestibulodynie… Félicitations à ce projet pour son prix d’excellence !

« Vaginisme : j’ai peur de la pénétration »

Cet article dresse les grandes lignes du diagnostic du vaginisme et de son traitement.

On apprécie le fait que cet article encourage la femme à associer une thérapie psy et une thérapie corporelle.

Seule vraie ombre au tableau : la phrase « Généralement, 5 à 10 séances suffisent ».

-> La femme vaginique se sent souvent anormale, il nous semble donc non pertinent d’avancer des chiffres de normalité qui risquent plus de la décourager qu’autre chose…

-> Que veut dire cette phrase ? « 5 à 10 séances suffisent »…pour vaincre le vaginisme ? …pour que le couple redécouvre la notion de plaisir partagé ? …

« Pourquoi vos relations sexuelles sont douloureuses »

Un article très complet sur la vulvodynie, bien que peu récent :

-> Quand la passion devient douleur

-> Symptômes

-> Une condition très souvent non diagnostiquée

-> Deux idées fausses à propos de la vulvodynie

-> Causes et traitements

-> Vivre avec la vulvodynie

« Se libérer de ses peurs et au-delà »

Vous êtes amateur de conférences ? Une série de conférences se donnera en ligne à la fin du mois (du 23 au 29 mai) sur des sujets tels que « Se libérer de ses peurs et au-delà », « EFT et troubles sexuels »,… Pour y participer, il suffit simplement de s’inscrire.

« Logiciel Neurotrac : quand la rééducation du périnée devient un jeu »

Avis aux fans de SuperMario : plus besoin de manettes pour jouer, votre périnée suffit ! Vous avez besoin d’un support pour visualiser votre périnée qui se (dé)contracte ? Ces petits jeux de biofeedback devraient pouvoir vous aider… N’hésitez pas à en parler à vos kiné et sages-femmes afin de rendre votre rééducation périnéale plus ludique !

« Comment traiter le vaginisme ? »

Dans la série des idées fausses sur le vaginisme, pointons à présent la phrase : « Une des causes principales est d’avoir vécu un abus sexuel », relayée dans l’article suivant. Même si le lien est tentant, NON, « vaginisme » ne signifie pas forcément abus sexuels (loin de là) !

N.B. : Nous sommes également perplexes face à la conclusion de l’auteur : « Avant d’entreprendre des activités exploratoires ou des exercices avec des dilatateurs, il faut d’abord trouver la ou les causes sexologiques et physiologiques (…) ».

Il ne nous semble pas incompatible (et pas inutile !) d’entamer plusieurs démarches parallèlement. Pourquoi ne pas débuter une rééducation périnéale ou des exercices à domicile (toujours dans le respect du corps, sans forcer) en même temps qu’une recherche des causes du vaginisme auprès d’un professionnel ? Faut-il forcément D’ABORD trouver les causes pour ensuite commencer un traitement ?

« Vaginisme : Quand l’amour devient douleur »

Malheureusement, les IDEES FAUSSES sur le vaginisme sont encore trop présentes ! NON, la cause la plus fréquente du vaginisme n’est pas un hymen trop épais (contrairement à ce que dit cet article) et il ne suffit pas d’un coup de bistouri pour en venir à bout. Cette cause reste RARE par rapport aux facteurs psychologiques qui entrent en jeu.

« Un viagra pour les femmes ménopausées ? »

Toujours au sujet de la libido, un article sur la commercialisation prochaine aux Etats-Unis d’un viagra (controversé) censé traiter les dyspareunies (douleurs pendant l’amour) liées à la ménopause.

« 5 trucs pour rebooster sa libido »

Même si on n’est pas friande de la formule « recettes miracles pour augmenter sa libido », les conseils prodigués dans cet article nous semblent pleins de bon sens. Le long parcours thérapeutique auquel sont souvent confrontées les femmes souffrant de dyspareunies peut parfois les éloigner de toute sexualité. Or, rappelons-le : pour guérir, il faut certainement (re)trouver cette envie de faire l’amour, ne pas perdre de vue l’objectif du parcours de soin.

« Dyspareunies et vaginisme »

Le Centre de Santé Sexuelle au Québec a publié deux articles intéressants : l’un sur les dyspareunies, l’autre sur le vaginisme.

« Les vulvodynies: conduite à tenir en 2012″

Voici un article scientifique très complet publié par la SFMS et intitulé « Les vulvodynies : conduite à tenir en 2012″. Attention : présence de photos pouvant heurter certaines sensibilités !

« Les difficultés liées à la sexualité »

Encore un article dédié aux difficultés dans le domaine de la sexualité. Et comme le rappelle l’auteur : « La règle d’or est de ne pas souffrir en silence mais d’en parler à un professionnel » !

« Ces troubles qui empêchent les femmes de s’épanouir sexuellement »

Voici un article publié aujourd’hui dans un grand quotidien belge sur les troubles sexuels féminins, notamment le vaginisme. Même si nous regrettons le silence sur les vulvodynies dans cet article, nous apprécions les rappels concernant le vaginisme : primaire ET secondaire, peu souvent du à un problème d’hymen, importance de traiter le côté psy et le côté corporel.

« Traitement du vaginisme par la rééducation périnéale »

Vous vous interrogez sur le périnée et la rééducation périnéale ? Vous trouverez certainement les informations recherchées sur le site Hedoneo et son portail. Par exemple cet article sur le traitement du vaginisme par la rééducation périnéale.

« Retrouver le désir après une période d’abstinence »

Dans cet article, quelques conseils pour vivre un début de sexualité après une période d’abstinence (due aux douleurs sexuelles ou non). Citons également une psychologue intervenue dans le cadre de notre action « échanges entre professionnels de la santé et adhérents » et qui disait : « Le désir naît de la disponibilité en soi, à soi et à l’autre ».

« Vaginisme et grossesse »

Dans la vidéo suivante, B. Quiret-Rousselle (sage-femme) présente son mémoire réalisé sur le thème « Vaginisme et grossesse – Une meilleure compréhension pour une meilleure prise en charge ».

« Recherche sur la vestibulodynie »

Une physiothérapeute (Québec) explique dans cette vidéo ce qu’est la vestibulodynie et évoque la recherche qu’elle mène actuellement sur le sujet.

« Sécheresse vaginale, plus d’une femme sur deux après la ménopause ! »

Tout comme le vaginisme ou les vulvodynies, la sécheresse vaginale est l’une des causes de douleurs sexuelles chez la femme. Celle-ci peut se faire plus présente lors de la ménopause. L’article suivant fait le point sur les solutions envisageables.

« Cancer et sexualité »

Les problèmes de sexualité liés au cancer restent un sujet tabou. Déjà partenaire des Journées scientifiques « Cancer & sexualité » à Lyon en octobre 2012, notre association salue l’initiative du CHU de Nîmes (groupe de parole).

« Le sexe ou la fiction »

“On ne fait pas assez l’amour”, entend-on régulièrement. Pourquoi ? L’auteur de cet article a une réponse toute trouvée : « Je dirais : parce que le reste est plus intéressant. » Un article intéressant et joliment tourné qui permet de relativiser.

« La vestibulodynie, un mal courant »

Un article sur la vestibulodynie dans le Journal Métro du début du mois. La vestibulodynie restant trop méconnue, le diagnostic peut parfois prendre plusieurs mois voire années… N’hésitez pas à nous envoyer un mail pour obtenir les coordonnées de professionnels qui y sont sensibilisés !

« Dilatateurs vaginaux Femmax »

Après les kits Amielle, Velvi et autres (voir notre 5ème bulletin d’informations)… un nouveau type de dilatateurs est apparu sur le marché : Femmax.

« Le porno, c’est bon pour la libido »

Rien de tel que les douleurs sexuelles pour faire baisser une libido ! Heureusement, de nombreuses pistes sont à explorer pour continuer à vivre une sexualité. Parmi celles-ci, le porno, qui serait d’après cet article, bon pour la libido.

« Quand la ménopause affecte l’intimité sexuelle »

Cet article présente les différents problèmes sexuels qui peuvent survenir lors de la ménopause et déplore le caractère tabou de ces douleurs qui empêchent bien souvent les personnes concernées d’en parler à leur médecin.

« La testostérone, moteur de la libido des femmes »

Cet article met en avant le rôle de la testostérone (produite par la femme) sur la libido.

« Le vaginisme, est-ce dans la tête ? »

Malgré un certain manque de nuances/précisions, voici un article intéressant dans lequel l’auteur s’interroge sur les éléments pouvant causer un vaginisme. Certaines y trouveront peut-être matière à réflexion sur leurs propres craintes..

« Baisse de libido : la pilule en cause

Cette vidéo de l’émission Allo Docteurs fait le point sur l’impact de la pilule sur la libido. A-t-elle vraiment une influence ? Quelles sont les alternatives ? Quel est le rôle du gynécologue par rapport à ces questions ?

« L’allergie au latex »

L’allergie au latex, pourtant peu connue, existe bel et bien, comme le rappelle cet article ! Celle-ci peut être responsable de démangeaisons, de rougeurs,… Sachez qu’il existe des alternatives au préservatif en latex.

« Pourquoi les femmes crient-elles pendant l’amour ? »

Voici une bonne question à laquelle tente de répondre cet article signé Agnès Giard.

« Qu’est ce que le périnée? »

Voici le site d’une kinésithérapeute. Vous y trouverez des explications sur le périnée et plusieurs vidéos et schémas.

« Vivre avec une douleur chronique »

Un dossier intéressant concernant les douleurs chroniques est à consulter. Bien qu’il ne parle pas exclusivement des douleurs sexuelles, son contenu reste très intéressant pour toute personne souffrant d’une douleur chronique. Les thématiques du dossier :

- C’est quoi une douleur chronique ? Définition… Toutes les douleurs sont de vraies douleurs.

- Détecter l’origine de la douleur- La douleur a forcément une origine.

- Soigner la douleur elle-même

- Soigner la souffrance – Car une douleur qui dure a inévitablement des répercussions sur le psychisme.

- Prendre en compte la douleur sociale- La douleur n’est pas seulement personnelle, elle est aussi liée à l’environnement.

- S’adapter à la douleur

-

-

ARCHIVES 2012

 

« Le clitoris est-il bien placé ? »

A réécouter : une émission radio intitulée « Le clitoris est-il bien placé ? », clin d’œil à Freud pour qui « si le clitoris est si loin du vagin, c’est que la nature l’a mal placé ». Il s’agit d’un débat entre une journaliste, un gynéco, un sexologue et une militante d’Osez le féminisme.

« Les troubles gynécologiques et la psychologie des femmes »

A ré-écouter : une émission radio intitulée « Les troubles gynécologiques et la psychologie des femmes », sur France Culture. Les 3 professionnels interviewés évoquent notamment le manque de formation des gynécologues dans l’approche « psy », la relation patient-médecin, les douleurs gynécologiques, la première consultation gynéco,…

« Anthologie de la bande dessinée érotique »

Un nouveau livre est sorti il y a quelques semaines maintenant : « Anthologie de la bande dessinée érotique », de Vincent Bernière. Cet inventaire des pages les plus émoustillantes « classe, trie et décortique, livre des portes d’entrée multiples (soft, chic, trash, rigolo & autobio) ».

« La méthode Ludmila Mojžíšová »

Vous trouverez sur ce lien une série d’exercices pour atteindre l’équilibre des muscles : « relâcher les muscles raccourcis ou trop tendus, et renforcer ceux qui sont trop faibles par des exercices, pour ainsi non seulement supprimer la douleur, mais aussi améliorer le fonctionnement des organes internes. »

« Sexe : la pilule qui tue le désir, tabou chez le gynéco »

Cet article met en lumière l’éventuel impact de la pilule sur la libido des femmes (« éventuel » car source de débats entre les scientifiques). Or, l’une des conditions pour guérir du vaginisme est bien de ressentir cette envie de faire l’amour… L’absence de libido peut être un vrai problème pour certaines et cela vaut sans doute le coup de discuter de sa pilule avec son gynéco !

Et voici l’article de G-M Zimmermann dont parle l’article : Pilule pour hommes : quand la libido masculine vaut plus que celle des femmes.

« Elles souffrent de vaginisme, cette maladie taboue de l’amour » et « Le vaginisme, c’est quoi ? »

En ce mois de novembre, deux articles consacrés au vaginisme ont été publiés sur la Toile, mentionnant à chaque fois notre association !

Le premier est un article complet publié sur le site de Rue89, intitulé « Elles souffrent de vaginisme, cette maladie taboue de l’amour ». Nous remercions la journaliste qui s’est penchée sur ce sujet et qui a pris l’initiative de nous contacter pour recueillir divers témoignages.

Le deuxième est un article plus bref, publié sur le site de Grazia, et intitulé « Le vaginisme, c’est quoi ? »

« La vulve sort du bois »

Dans le numéro 26 de la revue « Causette » (juillet-août) a été publié un dossier intitulé « La vulve sort du bois ». Nous n’avons pas encore lu l’entièreté du dossier mais un extrait est visible à l’adresse suivante.

« Yoga et périnée »

Voici un livre qui devrait intéresser les amatrices de yoga : « Yoga et périnée » ! Ce livre présente divers exercices de yoga pour lutter contre les dysfonctionnements du périnée.

« Connaître et maîtriser son périnée : les retrouvailles avec son corps »

Cet article présente la rééducation périnéale, ou plutôt l’une de ses méthodes : la « Connaissance et Maitrise du Périnée » (CMP). Une méthode qui permettrait à la femme de « se connaitre, de savoir s’écouter et surtout de faire confiance aux signaux que le corps lui envoie. »  … et son complément.

« Femme épanouie. Mieux dans son désir, mieux dans son plaisir. »

Voici un livre récemment paru sur la sexualité : « Femme épanouie. Mieux dans son désir, mieux dans son plaisir. » « A travers des témoignages et des cas cliniques, ce professionnel de la sexualité propose à chaque femme de relâcher la pression et de (re)découvrir ses désirs les plus profonds. »

« Sexodoc.fr »

Vous trouverez sur ce « Site de documentation et de réflexion sur la sexualité » (tenu par un médecin sexologue retraité) de nombreux articles intéressants, tant au niveau du vaginisme, des dyspareunies que de la sexualité en général. Actualités, dossiers, bibliographie, compte rendus,… N’hésitez pas à consulter ce site riche en informations !

« Pornographie : stimulateur sexuel ou objet de frustration et de dégoût ? »

Dans cet article, Sylvain Mimoun fait le point sur les bénéfices à retirer de la pornographie pour le couple (par exemple pour réveiller une libido éteinte ?), mais aussi sur les dérives possibles. Il existe bien entendu de nombreuses autres pistes à explorer pour réveiller une libido : n’hésitez pas à lire les articles de notre section « Une sexualité malgré les douleurs » !

« Les troubles sexuels »

Voici un dossier réalisé par le site Carevox sur les troubles sexuels. On y trouve notamment des articles sur :

- le vaginisme,

- les douleurs chroniques du périnée encore mal connues (vulvodynies, névralgies pudendales,…),

- les troubles vulvo-vaginaux,

- les infections vaginales fréquentes

« Exercices de visualisation »

Sur ce blog, vous trouverez quelques exercices de visualisation positive (certains spécifiquement axés sur la sexualité féminine). Ce genre d’exercices permet d’acquérir un certain apaisement, une sérénité, et d’augmenter les sentiments de confiance et d’estime. Indirectement, ceci peut donc aider à une sexualité épanouie.

Exercice 1

Exercice 2

Exercice 3

« Blog »

Aux personnes qui s’interrogent sur la sexualité, nous signalons le blog de Philippe Brénot, comprenant divers articles variés sur des sujets comme le plaisir féminin, les idées reçues en matière de sexualité,…

« Vivre sa Sexualité en Pleine Conscience »

Dans son dernier bulletin d’informations, la Société Francophone de Médecine Sexuelle a publié un article intitulé « Vivre sa sexualité en pleine conscience ». Il montre en quoi la méditation en pleine conscience peut être très utile en sexothérapie : elle aiderait notamment les femmes à développer une meilleure focalisation sur les sensations sexuelles. Retrouvez quelques considérations à propos de cet article dans notre 5ème bulletin d’informations (juillet 2012).

« Le périnée »

Ces deux articles présentent de manière succincte le périnée : ce qu’il est, son rôle (notamment dans la sexualité), les troubles qui lui sont liés,… Le périnée en brefLe périnée et la sexualité.

« Ces aliments qui boostent la libido »

Dans le cas où vous vous demandez ce que vous allez cuisiner ce soir, voici dans cet article quelques idées d’aliments dits aphrodisiaques. Et en images…

« Les lubrifiants intimes »

Voici un article complet consacré aux lubrifiants sexuels. Les différentes thématiques de l’article :

1. La lubrification anatomique/physiologie excitative

2. Les origines de la diminution de lubrification vaginale

3. Le lubrifiant sexuel, une alternative ?

4. Une nouvelle génération de lubrifiants

5. Une étude américaine et suisse démontrent l’effet des lubrifiants sexuels sur la mobilité des spermatozoïdes

6. Le confort à quel prix ?

« Sexualité : que savent vraiment les ados ? »

Un article sur l’intérêt pour les ados (mais pas seulement !!) de bien connaître leur anatomie intime.

« Chronique dans le Journal des Femmes »

Depuis quelques mois, notre association tient une chronique mensuelle dans le Journal des Femmes !

« Exercices pour le périnée »

Voici quelques exercices traditionnels pour exercer le périnée. Pour résumer :

1. Visualisez la partie allant de l’anus à l’entrée du vagin et imaginez que cette partie basse est un pont-levis. Relevez-le doucement. Note : L’action, la contraction, le mouvement, se font toujours sur l’expir. Entre chaque exercice, relâchement total.

2. Visualisez les parois intérieures de votre vagin et refermez progressivement, doucement, les portes coulissantes

[il s'agit de coller les deux parois l'une contre l'autre].

3. Expliqué de manière peu claire sur le site, nous pouvons le traduire de la sorte : Imaginez une petite balle à l’entrée de votre vagin et aspirez-la jusqu’au fond de votre vagin. Ensuite, faites-la redescendre, pas tout droit mais en lui faisant faire une spirale.

4. Visualisez votre caverne intérieure fouettée par une vague, à droite, à gauche, au fond, à l’entrée. Déroulez la vague, enroulez-la [il s'agit d'imaginer qu'une vague entre dans votre vagin et vous la faites aller au milieu puis à gauche puis à droite].

N’hésitez pas à vous faire expliquer ces exercices par une kinésithérapeute spécialisée ou une sage-femme, ils n’en seront que plus clairs et donc plus efficaces !

« La vue et l’ouïe, ça compte au lit ! »

« La vue et l’ouïe, ça compte au lit ! », nous indique ce bref article. L’occasion de rappeler que, douleurs ou non, la sexualité ne se résume pas à la pénétration !

« Difficultés sexuelles féminines »

Contrairement à certains magazines qui nous présentent la sexualité comme quelque chose de simple et naturel, ce dossier du Figaro rappelle que la sexualité est bel et bien une activité complexe dans laquelle plusieurs difficultés peuvent se mêler : douleurs, dysorgasmie et anorgasmie, manque ou absence de désir sexuel,…

« Trois troubles sexuels à connaître »

Cet article présente brièvement « trois troubles sexuels à connaître », à savoir la dyspareunie, le vaginisme et le trouble de l’excitation sexuelle.

« Guide de la première consultation gynécologique »

Même s’il s’adresse à un public jeune, ce « guide de la première consultation gynécologique » a le mérite de rappeler certains éléments essentiels :  le gynécologue n’est pas le seul à même de pratiquer la consultation gynécologique ; il est possible de consulter uniquement pour discuter ;  douleurs ou non, la majorité des femmes ressentent la même chose (pudeur, peur d’être jugée,…), etc.

« Recherches »

Sachez que le laboratoire de recherche en urogynécologie (situé au Centre Hospitalier Universitaire de Sherbrooke, Québec) mène actuellement plusieurs recherches :

- Étude de traitement pour les femmes atteintes de vestibulodynie provoquée

- Étude évaluative chez les femmes incapable d’avoir des relations sexuelles (vaginisme)

- Étude pour mieux comprendre les douleurs lors des relations sexuelles chez la femme âgée.

Plus de détails concernant ces différentes recherches ce lien.

« Sexe et douleur; un sujet tabou! »

Voici un article assez complet sur la vestibulodynie. L’auteur rappelle qu’il s’agit d’une douleur bien réelle, encourage à consulter des spécialistes, fait le point sur l’impact de cette pathologie sur le couple, et présente les différents traitements ainsi qu’une étude en cours au Québec, le tout accompagné de témoignages.

« Massages du périnée »

Les pages 24 à 29 de ce guide destiné aux femmes enceintes peuvent être riches pour les femmes souffrant de dyspareunies. On y explique une méthode de massage du périnée, schémas à l’appui. N’hésitez pas à demander conseil ou à vous faire accompagner par un kinésithérapeute spécialisé ou une sage-femme.

« Les dilatateurs vaginaux après traitement du cancer utérin : sex toy ou contrainte pénible ? »

Vaginisme et cancer utérin sont deux choses bien distinctes mais dans les deux cas, les dilatateurs sont souvent préconisés dans le cadre d’un traitement. Cette étude tente de comprendre les raisons qui poussent de nombreuses femme à ne pas suivre ces recommandations. De nombreux parallèles peuvent être faits avec les raisons qui poussent les femmes vaginiques à délaisser les dilatateurs : « l’embarras, l’anxiété, la pudeur, la douleur réelle ou crainte, la difficulté d’introduire soi-même le dispositif, l’insuffisance d’information,… »

« Lorsque la sexualité est synonyme de souffrance »

Malgré quelques imprécisions, cet article (daté du début du mois d’avril) consacré aux dyspareunies et vaginisme reste globalement pertinent.

« La vulvodynie et autres maux »

Cet article évoque à la fois les dyspareunies, le vaginisme et les vulvodynies. Il insiste sur la fréquence de ces maux et sur la nécessité d’en parler. En revanche, nous relevons deux imprécisions :

D’abord, l’article ne distingue pas vaginisme global et situationnel. (« les femmes qui souffrent de vaginisme se voient incapables d’insérer un tampon et même l’examen gynécologique est pénible. »)

De plus, il mentionne la « vestibulite », terme qui signifie littéralement « inflammation du vestibule vulvaire ». Ce terme, impropre puisqu’il ne s’agit pas d’inflammation, a été remplacé par celui de vestibulodynie.

« Comment se déroule un examen gynécologique ? »

Voici un article du Cosmopolitan qui rappelle les différentes étapes d’un examen gynécologique.

Afin de prendre un peu de recul (non, le gynécologue ne peut pas tout se permettre !), il peut être intéressant de le lire couplé avec celui-ci.

« Rapports douloureux : quand c’est la tête qui parle »

On parle de dyspareunies (douleurs pendant les rapports) sur le site corsematin.com, et plus particulièrement de certaines causes de dyspareunies. Malgré tout, l’article est émaillé de quelques clichés ou raccourcis.

« Pourquoi les femmes ont-elles des orgasmes ? »

Pourquoi les femmes ont-elles des orgasmes ? Voici une bonne question à laquelle tente de répondre cet article !

« Le plaisir, ça s’apprend »

Voici un très bel article sur le plaisir féminin avec pour mot d’ordre : « Le plaisir, ça s’apprend » ! Quels que soit l’âge, la situation et la manière. A lire et relire !

« Les Clés de Vénus, pour une sexualité sans douleur »

La Société Francophone de Médecine Sexuelle (SFMS) a publié un article présentant l’association dans son bulletin électronique !

« Quoi faire quand l’amour fait mal ? »

Un article sur les douleurs sexuelles féminines est paru dans le Cosmopolitan du mois de mai 2012. Un des témoignages mentionne notre association comme l’ayant aidé dans son parcours thérapeutique !

« Vaginisme : Quand l’amour devient douleur »

L’article suivant diffuse l’idée malheureusement trop répandue selon laquelle un hymen épais serait la cause la plus fréquente d’un vaginisme.

L’auteur dit explicitement :

« La cause la plus répandue est celle d’une légère malformation, certaines femmes viennent au monde avec un hymen plus épais que la normale. (…) Dans le cas de l’hymen trop épais, un bistouri peut régler le problème et la jeune femme pourrait reprendre une activité sexuelle au bout de deux à trois semaines. »

L’hymen trop épais est en réalité un cas très rare. De manière générale, le vaginisme est davantage un problème de contraction – involontaire – des muscles (rendant la pénétration douloureuse ou impossible) qu’un problème d’hymen. Paradoxalement, l’auteur commence d’ailleurs son article en disant : « Quand on souffre de vaginisme, il n’y a aucune anomalie au niveau des organes génitaux. »…

Rappelons enfin qu’en dehors des cas particuliers d’hymen trop épais, cette opération ne guérit pas le vaginisme puisqu’elle n’a aucun effet sur les muscles.

Malgré cette erreur, l’article reste globalement pertinent. A lire avec un esprit critique, donc.

« Parler de problèmes sexuels à son médecin, pas si facile »

« 10% des femmes qui ont des douleurs lors des rapports sexuels en ont parlé à un gynécologue. Ce qui signifie, il est vrai, que 90% des femmes ne consultent pas. », rappelle cet article. Bien que cela soit souvent capital, il reste très difficile de parler de ses douleurs sexuelles au médecin. L’article suivant part de ce constat et tente d’en expliquer le pourquoi : gêne du patient ? gêne du médecin ? impression d’être capricieuse et de ne pas avoir de vrai problème ? Les causes sont multiples. Un problème sexuel est pourtant un vrai problème médical et nécessite une prise en charge.

« Quand le sexe fait mal : les douleurs gynécologiques »

Voici un article accompagnant une vidéo sur les douleurs sexuelles. On y parle de la difficulté du diagnostique, du caractère tabou de ces maux, et des pistes de solution. Le tout accompagné de témoignages de professionnels et de patientes.

« A propos d’une enquête en ligne sur les traitements administrés aux femmes souffrant de vaginisme primaire et secondaire, et sur les causes qu’elles attribuent à leur dysfonction. »

Voici un article qui devrait plaire aux amateurs de statistiques ! Il analyse les résultats d’une enquête en ligne sur :

1) les traitements administrés aux femmes souffrant de vaginisme

2) les causes qu’elles attribuent à leur dysfonction

« Troubles SEXUELS: Mais en avez-vous déjà parlé avec votre médecin? »

Des chercheurs de l’Université de Chicago ont mené une enquête nationale auprès des obstétriciens-gynécologues. Celle-ci révèle les insuffisances de la communication médecin-patient autour des questions sexuelles et identifie les obstacles qui peuvent limiter le dialogue.

Les auteurs rappellent également que le lien est pourtant bien établi entre une fonction sexuelle épanouie et la santé générale. Conclusion : Osez parler de vos douleurs sexuelles avec les professionnels !

« La révolution du plaisir féminin »

Il y a quelques semaines est paru un ouvrage sur le plaisir féminin : « La révolution du plaisir féminin » (voir partie bibliographie). Retrouvez ici une interview de son auteure, Elisa Brune.

« Vulvodynie : City sans sexe »

Comme Charlotte dans la série « Sex and the City » (saison 4, épisode 2), de nombreuses femmes souffrent d’une vulvodynie. L’auteur de l’article rappelle cependant qu’en réalité, cette douleur et sa prise en charge sont bien plus complexes que dans la série. Pour terminer, l’auteur indique « qu’en cas de syndrome de la vestibulite vulvaire (SVV), une forme particulière de vulvodynie, la chirurgie peut effectivement aider comme cela l’a été prouvé. » Celui-ci se base sur une étude finlandaise pour affirmer une grande efficacité de la chirurgie.

Rappelons pourtant que selon d’autres études, l’efficacité de la chirurgie est plus discutée.

« Comment améliorer la sexualité féminine »

Les lubrifiants ne sont pas réservés aux femmes souffrant de dyspareunies (douleurs pendant les rapports), rappelle cet article !

« Plus de quatre femmes sur cinq ont déjà utilisé un lubrifiant lors de leurs rapports intimes. », « Beaucoup de femmes adhèrent au scénario selon lequel l’utilisation de lubrifiant ne se justifie qu’en cas de douleur. Un script sexuel (…) qui pourrait ici expliquer la fréquence des dyspareunies dans la population. » Conclusion : ayons dans notre tiroir un tube de lubrifiant et utilisons-le !

« Et si on parlait des douleurs sexuelles ? »

Le Centre de recherche clinique Étienne-Le Bel (CRCELB) du CHUS (Canada) lance une recherche sur la meilleure façon de traiter la vestibulodynie provoquée (anciennement vestibulite vulvaire). L’équipe recherche des femmes aux prises avec ce type de douleur, qui ont entre 18 et 45 ans et qui n’ont jamais accouché.

L’article cité rappelle également l’importance de briser les tabous qui entourent les douleurs sexuelles :

« La vestibulodynie provoquée est une douleur qui affecte 20 % des femmes. C’est plus fréquent que le diabète et l’arthrite ! Pourtant, très peu de femmes osent en parler à leur médecin, ni même à leur conjoint. Il faut briser ce tabou. »

« Les sex-toys, nouvel avatar de la luxure »

Cet article s’intéresse aux sex-toys : l’usage (grandissant) de ceux-ci engendre-t-il la débauche ?

Dans la première partie (« Orgasmes sur ordonnance »), l’auteur rappelle l’origine médicale du vibromasseur : celui-ci était conseillé dans le traitement de l’hystérie !

Dans un second temps (« Mon mari, mes enfants, mon sex-toy »), il s’intéresse aux utilisatrices : qui sont-elles ? que cherchent-elles ? quelle vision ont-elles de ces jouets ?

Dans la troisième partie (« Subversifs gadgets ? »), il conclut : Bref, au terme de ce tour d’horizon, difficile de parler, dans l’état actuel des connaissances, d’une débauche de luxure causée par les sex-toys. Loin d’être moralement « déréglé », l’usage des sex-toys s’accompagne toujours d’un discours sur le bien et le mal, le sain et le malsain, qui finalement dessine une sexualité des plus raisonnables. Non qu’il ne se soit rien passé : contre l’avis des plus rigoristes, la recherche du plaisir personnel, pour les femmes comme pour les hommes, a été reconnue comme légitime. Ce qui n’était pas, on le sait, une mince affaire. Les sex-toys ouvrent à cette recherche de nouveaux territoires, notamment aux femmes. Mais ils semblent avoir davantage pour effet de conforter, en les réaménageant, les normes sexuelles existantes (hétérosexualité, couple, rejet de la pornographie visuelle…) que de les subvertir. La morale est (presque) sauve. Pour l’instant…

« Sexologues : qui sont-ils et quand venir les consulter ? »

L’article suivant fait le point sur la profession de sexologue : Qui sont-ils ? Quelles sont leurs formations ? Comment pratiquent-ils ? Quand venir consulter un sexologue ?

Il est écrit par une ancienne sage-femme hospitalière, aujourd’hui psychologue clinicienne-sexologue.

« Le massage du périnée »

Même s’il est avant tout consacré aux femmes enceintes, cet article dédié au « massage du périnée » pourrait intéresser les femmes souffrant de douleurs sexuelles pour plusieurs raisons :

- il donne des conseils sur ce massage,

- il donne des conseils sur les huiles et/ou lubrifiants à utiliser,

- il renvoie à une page consacrée aux exercices de Kegel.

Bonne lecture !

« Adénomyose et dyspareunie »

Une dyspareunie profonde (douleurs au fond du vagin lors des rapports) associée à des règles abondantes et douloureuses peuvent être le signe d’une adénomyose.

Qu’est-ce qu’une adénomyose ? Il s’agit d’une variante de l’endométriose : des caillots de sang sont produits à l’intérieur des fibres musculaires. Le diagnostique se fait généralement vers 35-40 ans.

L’auteur de cet article fait le point sur le diagnostique, le traitement et évoque un cas pratique.

« La pilule soulage les douleurs menstruelles »

Voici un article qui présente les résultats d’une récente étude de l’Institut of Clinical Sciences à l’Université Gothenburg en Suède. Celle-ci confirme « l’efficacité de la pilule oestroprogestative à soulager les douleurs menstruelles liées aux règles, appelées dysménorrhées en jargon médical. »

« Troubles sexuels, quand ils surviennent avec l’âge… »

Vieillir n’est pas sans influence sur la sexualité : petit à petit, les choses changent avec l’âge et des troubles peuvent apparaitre. Cet article fait le tour des changements qui s’opèrent avec le temps. L’auteur conclut de manière juste :

« Alors, à tout âge, si vous avez l’impression que votre santé ne vous permet plus d’avoir une vie sexuelle qui vous convienne, allez voir votre médecin et parlez-en. Les solutions mises en place pour favoriser la sexualité seront toujours bénéfiques à votre état de santé générale. Vous avez donc tout à y gagner. »

« Dossier sur le vaginisme »

La revue « Sexualités humaines » (à laquelle l’association s’est abonnée) consacre un large dossier sur le vaginisme (« Vaginisme, quand le corps se ferme », 42 pages) dans son douzième numéro (janvier-février-mars 2012). Sachez que certains de ces articles sont en libre consultation sur Internet :

- Vaginisme, le lieu fendu défendu

- La symbolique de la peau et du toucher

- Le vaginisme ou le langage du corps, l’expérience de la kinésithérapeute

« De l’orgasme féminin… »

«Un coup de tonnerre, une vague qui vous submerge, un tremblement de terre, l’envol d’un oiseau, une ivresse, une chute, une ascension, un tourbillon, un shoot…» Tels sont les mots utilisés par les femmes pour décrire un orgasme !

Cet article intéressant (bien que non récent : novembre 2010) fait le point sur l’orgasme féminin (fonction, données historiques, biologiques,…), témoignages à l’appui. Rappelons que, comme le conclu l’article, « le sexe est un instrument de musique dont il faut apprendre à se servir » !

« Endométriose et dyspareunie »

Voici un article qui fait le point sur l’endométriose, affection causant de fortes douleurs pelviennes : origine, symptômes, exemples et traitements. La conclusion de l’auteur montre bien la complexité du sujet :

« En conclusion, l’endométriose est une maladie dont on connait mal l’origine, qui peut prendre les formes les plus diverses, donner ou non des douleurs, rendre ou non la femme infertile, et dont les traitements ne sont pas standardisés. La seule chose dont on soit sûr, c’est que cette affection disparaît à la ménopause (artificielle, chirurgicale ou naturelle)… à la condition de ne pas traiter cette ménopause par des hormones ! »

« La suprématie du vibro »

Pour les femmes souffrant de douleurs sexuelles (mais pas seulement), le vibromasseur est parfois devenu incontournable. Voici une petite étude illustrée de quelques graphiques à ce sujet : quel type de sex-toy utilisez-vous ? A qui avez-vous déjà offert un sex-toy ? …

« DIY sexuel : la masturbation féminine »

La masturbation féminine est souvent un sujet tabou. Et pourtant ! Qu’elles souffrent de douleurs sexuelles ou non, celle-ci peut aider les femmes à s’épanouir davantage dans leur sexualité. Cette vidéo explicative (réalisée par des infirmières espagnoles avec un mannequin) répondra sans doute aux questions que certain(e)s n’osent pas poser…

« Apprendre à connaître ses zones érogènes »

Avoir une bonne connaissance de son corps et des réactions de celui-ci permet de continuer à pratiquer une sexualité intéressante, même lorsque la pénétration est douloureuse ou impossible. Voici un article sur l’importance de bien connaître ses zones érogènes pour vivre une sexualité épanouie, conseils à l’appui !

« Vous pouvez aller vous faire prescrire une contraception par une sage-femme »

La profession de sage-femme est bien souvent méconnue : les sages-femmes ne sont pas « réservées » aux femmes enceintes, rappelle cet article ! Ainsi, comme nous l’explique l’article suivant, il est possible de se faire prescrire une contraception par une sage-femme. De même, celles-ci sont également à même d’assurer une rééducation périnéale, au même titre qu’un kinésithérapeute.

« Femmes : quand le corps dit Non ! »

Le samedi 4 février, de 22h à 23h, La Première (radio belge) a diffusé une émission consacrée au vaginisme : « Femmes : quand le corps dit Non ! » Il s’agit d’un entretien avec Joëlle MIGNOT, sexologue clinicienne et hypnothérapeute (rédactrice en chef de la revue Sexualités Humaines). Celle-ci donne son point de vue sur la complexité de l’évaluation et de la prise en charge du vaginisme.

« Libido : les plantes antistress stimulantes »

Cet article fait le point sur « Ces plantes qui réveillent (vraiment) le désir ».

« Vaginisme : quand les rapports sexuels sont synonymes de douleurs »

Le « Journal des Femmes », avec la consultation des Clés de Vénus, a publié un article très complet sur le vaginisme.

Les problématiques suivantes sont abordées : Qu’est-ce que c’est ? Qui peut en souffrir ? Quelles sont les différentes causes possibles ? Comment s’en sortir ? Quels sont les bienfaits de la rééducation et de la détente ? Et le couple ? Témoignages.

-

-

ARCHIVES 2011

 

« Vaginisme, qu’est-ce que c’est ? »

Récemment, le site du Figaro a mis en ligne un dossier complet sur les dyspareunies (douleurs pendant les rapports sexuels). Aujourd’hui, ils remettent ça avec un dossier consacré au vaginisme. Selon le même principe, il s’agit d’un ensemble de fiches :

1. Qu’est-ce que c’est ?

2. Qu’est-ce qui se passe ?

3. Qu’est-ce que je ressens ?

4. Quelles sont les causes possibles ?

5. Quels sont les examens à faire ?

6. Quel est le traitement ?

7. Quelle spécialité concernée ?

8. Références

« Dyspareunies, qu’est-ce que c’est ? »

Un dossier complet sur les dyspareunies (douleurs pendant les rapports sexuels) a été publié sur le site du Figaro. Il s’agit d’un ensemble de fiches :

1. Qu’est-ce que c’est ?

2. Qu’est-ce qui se passe ?

3. Qu’est-ce que je ressens ?

4. Quelles sont les causes possibles ?

5. Quels sont les examens à faire ?

6. Quel est le traitement ?

7. Quelle spécialité concernée ?

8. Références

« L’orgasme est-il obligatoire sous peine de rater sa vie ? »

Un article de Maïa Mazaurette… Il est vrai que, même en matière de sexe, la société nous pousse à la performance. Soi-disant pour notre bien… Et si on se laissait respirer ?

« Recherche »

L’Université d’Ottawa (Canada) mène en ce moment une étude dont le thème est : « La santé sexuelle des femmes avec le vaginisme ou la vestibulodynie provoquée » .

L’une des phases de cette étude consiste à répondre à un questionnaire en ligne (en anglais). Les études sur le sujet sont rares. Alors n’hésitez pas à participer à une telle action si vous le pouvez !

« Présentation consacrée à la prise en charge des vulvodynies »

A consulter ici.

« N’oubliez pas votre clitoris »

Un article bien documenté sur le clitoris. Et on approuve totalement le titre de cette chronique : ce n’est pas parce que notre vagin peut être le siège de douleurs qu’on doit zapper ce lieu de jouissance… A votre plaisir, Mesdames !

« «Le grand mur du vagin» au secours des lèvres »

On sait combien les femmes souffrant de vaginisme ou de vulvodynies se sentent « pas normales ». Cette course à l’esthétisme de notre intimité en rajoute une dose… On ne peut que saluer cette initiative. A bas les complexes !

Pour le lire, c’est ici.

« Interview »

Un interview intéressant d’Odile Buisson, gynécologue-chercheuse, qui se désole que la science et la recherche s’intéresse si peu au sexe féminin et à sa sexualité… L’association Les Clés de Vénus, qui se bat pour briser les tabous qui entourent la sexualité féminine, ne peut que saluer son initiative.

« Private practice »

On parle de vaginisme dans une série télé ! Une manière plutôt « ludique » de faire connaître ce trouble sexuel. Certaines spectatrices pourront ainsi mettre un nom sur le mal qui les ronge. Pour en savoir plus.

« Mobilisation des sages-femmes »

Les sages-femmes peuvent également assurer le suivi des femmes vaginiques tout au long de leur parcours thérapeutique. Elles peuvent notamment mettre en place une rééducation périnéale. Mobilisons-nous pour que ces actes soient remboursés pour les femmes nullipares ! Lire l’article.

-

-

ARCHIVES 2010

 

« Recherches »

Des études canadiennes, relatives au vaginisme et à la vestibulite, sont actuellement en travaux au sein de  l’Université McGill (Montréal – Québec).

« La vestibulite : quand l’amour fait mal ! »

Un article sur la vestibulite : causes, traitements, précautions… Auteur : Marine DERVEAUX

« Troubles vulvo-vaginaux : un partenaire sexuel romantique réduit la douleur des femmes »

Le « Journal of Sexual Medicine » a publié en septembre 2010 une étude révélant que les hommes attentionnés envers leur compagne souffrant de vulvodynie ou de vestibulite permet de réduire leur douleur ressentie pendant les rapports sexuels.

Emission radio : « Les douleurs chroniques du petit bassin : nouvelles approches »

Le mardi 7 octobre 2014 de 14h à 14h55, le dr Jean-Jacques Labat, président du comité médico-scientifique de RDCP, et Françoise Watel, présidente de RDCP, étaient les invités de René Frydman dans l’émission « Révolutions médicales » sur France-Culture, sur le thème : « Les douleurs chroniques du petit bassin : nouvelles approches ».

L’émission peut être écoutée en podcast en cliquant sur le lien suivant : lien

« Les Britanniques ignorent où est leur vagin : mes patientes n’en savent pas beaucoup plus »

Dans cet article paru le 6 septembre sur le site du Nouvel Obs, la gynécologue-sexologue Hélène Jacquemin-Le Vern met en lumière la méconnaissance des femmes (souffrant de douleurs sexuelles ou non) en ce qui concerne leur anatomie intime.

« J’ai ainsi entendu des patientes me dire qu’elles avaient senti « une grosse boule au fond de leur vagin », autrement dit le col de l’utérus. » — « Il est aussi arrivé qu’on me demande si l’on faisait pipi par le clitoris. Dans ce cas, je fais souvent des schémas pour leur montrer et bien leur expliquer. »

Elle rappelle également la nécessité pour le gynécologue de respecter la pudeur des patientes.