Etape 4

Faire l’amour avec son partenaire

En savoir plus

Lorsque vous vous sentez à l’aise avec ces différents exercices et que vous êtes prête mentalement, vous pouvez tenter de faire l’amour avec votre partenaire. Procédez de la même manière que pour les exercices.

Utilisez un lubrifiant, bien sûr. Pendant que vous insérez son pénis, vous pouvez « pousser » avec vos muscles périnéaux, comme lors des exercices. Les premières fois, il serait bon de rester dans la position, avec le pénis de votre partenaire dans votre vagin, sans bouger, pour vous habituer à cette pénétration. Lorsque cela est acquis, les fois suivantes, faites des mouvements légers, progressifs. N’hésitez pas à vous immobiliser dans une position pour vous y habituer, à guider votre partenaire, à l’arrêter, etc. et parlez-en avec lui avant l’acte pour vous entendre.

Si vous ne parvenez pas à avoir de rapport sexuel dès la première fois que vous essayez, ne paniquez pas. Reprenez vos exercices tranquillement pendant quelques jours, et faites de nouvelles tentatives un peu plus tard.

Si la pénétration n’est pas possible, il peut être bon d’essayer une autre position. Certaines femmes préfèrent être sur leur partenaire, d’autres préfèrent être en dessous. C’est différent pour chaque femme. N’hésitez donc pas à changer de position.

Pendant la période où vous faites les exercices, vous devriez vous abstenir d’avoir des rapports sexuels : en effet, si vous avez des rapports douloureux, vous risquez de renforcer le réflexe de contraction, ce qui prolongera le temps nécessaire pour l’enrayer. Mais vous pouvez faire toutes les autres choses qui vous donnent du plaisir, à vous et à votre partenaire : caresses, baisers, massages, jeux érotiques, fellation, cunnilingus, frottements, etc. Cela vous aidera à créer une ambiance de confiance mutuelle et de sensualité, propice à la guérison.

Discutez-en avec votre partenaire, impliquez-le dans votre démarche, expliquez-lui pourquoi il faut patienter avant de reprendre les rapports sexuels, parlez de ce que vous ressentez l’un et l’autre : la communication entre vous est primordiale et pour votre guérison, et pour son soutien.

Bon à savoir : Pour les adhérents, ce texte est disponible en version pdf imprimable sur simple demande à l’adresse mail de l’association : lesclesdevenus@gmail.com (Pensez à indiquer votre numéro d’adhérent).

Texte relu et validé par une gynécologue le 31 mars 2014.

 

Quelques exemples de positions

 Positions

 

Témoignages

« Ce qui est souvent source de stress, c’est la peur de la pénétration. On a peur que le garçon nous fasse mal, qu’il nous force (inconsciemment du moins). Bref, pour se mettre en confiance avec le partenaire, j’ai deux scénarios à proposer.
1) Règle du jeu : interdiction de tenter une pénétration (même avec les doigts). Même si, effectivement, vous ne pouvez pas être pénétrée, c’est important de définir cette règle entre vous sous forme de jeu. À partir de là, tout est permis. De savoir que c’est interdit, on est plus en confiance et on peut autoriser le désir sans la peur. Vous pouvez bien sûr vous frotter l’un à l’autre. Cet exo peut être répété autant de fois que vous le voulez ; moi, je sais que ça m’a aidé.
2) Les premières fois que vous arrivez à être pénétrée, vous pouvez instaurer une autre règle : interdiction pour le garçon de bouger. Il est en vous, mais c’est vous qui bougez si vous le voulez, le mieux est presque de rester immobile et de tenter à partir de vos sensations de faire connaissance avec votre vagin. Le pénis du partenaire peut vous aider à mieux cerner les contours de votre intérieur. S’il n’y a pas de mouvement, il est plus facile de faire connaissance avec vous-même et de prendre confiance. Dans les deux cas, il est primordial de respecter les règles, sinon la confiance s’effondre et là, c’est pas facile de la regagner. » Sophie, 35 ans.

« Allonge-toi sur le dos, replie tes jambes, tes genoux viennent contre ta poitrine. Ton partenaire est devant toi. Mettez du lubrifiant sur son sexe et sur le tien. Tu prends le sexe de ton partenaire et tu le présentes à l’entrée de ton vagin. C’est toi qui diriges la manœuvre : tu le tiens dans ta main, droite ou gauche, peu importe. Tu inspires et expires pendant que lui fait quelques pressions douces ou mouvements pour entrer. Tu te relaxes, tu fais des pauses. Tu essaies de ressentir ce qui se passe, même si tu penses qu’il ne se passe pas grand-chose ! Essayez plusieurs fois sans vous mettre la pression sur le résultat. Ça permet de te familiariser avec l’entrée du sexe au bord de ton vagin. Moi, j’y suis arrivée comme ça. » Aline, 40 ans.

« Au départ, ça n’a pas du tout marché, j’étais super déçue. Mon homme m’a vraiment rassurée et m’a aidée à dédramatiser. On y est allés petit à petit. Au début, pas de pénétration, il se contentait de toucher l’entrée de mon vagin avec son sexe pour que je m’habitue au contact et que l’appréhension s’amenuise. Puis, on a essayé de le rentrer un petit peu. Ça a marché. Puis, petit à petit, on en est arrivés aux trois quarts, sans jamais forcer, en cessant immédiatement à la moindre douleur. » Sonia, 26 ans.