Les massages et approches corporelles

La relaxation périnéale

Pratiquée par un kinésithérapeute ou une sage-femme, elle est aussi appelée « rééducation périnéale » ou « physiothérapie ». Elle consiste en une série de massages du vestibule et d’exercices de contraction/décontraction du périnée avec ou sans sonde, afin de réduire les tensions musculaires.

(cf. rubrique « Exercices », section Vaginisme)

 

Les massages vaginaux pratiqués par la patiente

Pratiqués quotidiennement par la patiente, ils permettent d’apprendre petit à petit à gérer la douleur, mais également d’assouplir les muqueuses et de détendre le périnée en l’étirant très progressivement.

Premièrement, choisissez un moment de la journée pendant lequel vous ne serez pas dérangée. Au début, il peut être utile de s’aider d’un miroir grossissant et d’une lumière afin de repérer soi-même les zones irritées et les éventuelles fissures. La position accroupie est la plus aisée pour atteindre l’ensemble du vestibule et l’intérieur du vagin ; afin de rendre cette position plus confortable, on peut enfiler des mules à talons.

Descriptif pas à pas d’un auto-massage pour apaiser les vulvodynies

df

1. Commencez par appliquer une huile ou une crème la plus neutre possible sur tout le vestibule.

Recouvrez bien toute la zone allant de l’entrée du vagin à l’hymen, puis passez la pulpe de votre index sur l’ensemble de cette zone, sans oublier les replis. Il faut apprendre à repérer les zones les plus douloureuses et s’y attarder, mais en douceur. Continuez ce massage doux pendant quelques minutes. Les premiers temps, contentez-vous de cette première étape, puis ajoutez progressivement les étapes suivantes.

2. Insérez un doigt dans votre vagin, puis effectuez quelques contractions/décontractions du périnée en essayant de dissocier la contraction de l’anus, de l’urètre, de l’entrée du vagin et du vagin dans sa globalité. Soufflez pendant la contraction, maintenez la contraction sans forcer en inspirant, puis relâchez en soufflant.

Effectuez ensuite une dernière contraction qui englobera le périnée tout entier, c’est-à-dire contractez en même temps l’urètre, le vagin et le rectum ; maintenez cette contraction pendant plusieurs respirations naturelles, puis relâchez en soufflant. Pendant cette dernière contraction, fermez les yeux et essayez de prendre conscience de l’ensemble de vos muscles périnéaux qui soutiennent tout votre bassin, de votre pubis à votre coccyx formant une grotte solide et souple à la fois, puis relâchez en soufflant.

3. Gardez votre doigt tendu à l’intérieur de votre vagin et imaginez que vous dessinez un « U » avec la pointe de votre index ; dessinez ce « U » en appuyant contre vos parois vaginales et votre périnée. Effectuez ainsi plusieurs fois ce mouvement en augmentant très progressivement la pression exercée par votre doigt à la fois sur votre périnée et à l’entrée de votre vagin. De temps en temps, stoppez le mouvement et appuyez vers en bas à gauche, en bas à droite et en bas au milieu en maintenant cette pression quelques instants et en respirant calmement.

4. Faites ensuite de même, mais avec deux doigts. Au bout de quelques semaines ou quelques mois, vous pourrez envisager d’en introduire trois.

g

Localisation de la zone du vestibule

Localisation de la zone du vestibule

Remarques :

Il est important pendant toute la durée du massage de rester détendue ; assurez-vous de temps à autre que vos épaules, votre cou et vos mâchoires soient bien relâchés. Pour être efficaces, les massages doivent être pratiqués régulièrement et sur une longue durée ; les effets ne se feront sentir qu’au bout de quelques semaines, voire de quelques mois.

Le but est, petit à petit, de faire prendre conscience à la patiente qu’une détente locale mais aussi générale a un effet bénéfique sur la douleur. Il s’agit aussi de rendre les muqueuses et le périnée plus souples et donc moins sensibles aux frottements. En revanche, il n’est pas question d’aggraver vos symptômes ; normalement, après le massage, la douleur doit être moindre ou égale. Si ce n’est pas le cas, c’est que vous avez trop forcé. À vous alors de moduler l’intensité et la durée des massages en fonction de votre ressenti, l’idéal étant de les pratiquer chaque jour sur une durée ne dépassant pas dix minutes, et d’en augmenter l’intensité au fur et à mesure que la douleur diminue.

Texte relu et validé par un dermatologue le 19 mai 2014.

ds