Distinctions

Les vulvodynies peuvent être primaires ou secondaires.

La vulvodynie est dite primaire lorsque la pathologie existe depuis toujours ; elle s’exprime dès le début des contacts vulvaires (premier rapport sexuel ou tentative d’insertion des premiers tampons).

La vulvodynie est dite secondaire lorsque la douleur survient après de nombreuses années vécues sans dyspareunie. L’apparition d’une vulvodynie ou d’une vestibulite vulvaire peut être consécutive à :

  • diverses infections vulvaires (herpès, candidose, HPV) ;
  • une antibiothérapie locale ou générale ;
  • des traitements locaux agressifs (podophylline, acide trichloracétique, laser…) ;
  • une allergie ou une irritation ;
  • l’utilisation abusive de produits cosmétiques (gels douche vaginaux, savons parfumés, crèmes…) ;
  • un choc affectif, une dépression, de l’anxiété, un surmenage ;
  • un accouchement, une épisiotomie, un avortement ;
  • une intervention chirurgicale sur le périnée ou une blessure périnéale ;
  • des règles ;
  • une fluctuation des douleurs lors du cycle menstruel ;
  • l’utilisation de contraceptifs oraux ;
  • des maladies systémiques (syndrome de Sjögren, par exemple).

En savoir plus