Organes génitaux externes

sexe_homme_externe

1. Le pénis/la verge

Contrairement aux idées reçues, le pénis ne comporte ni os, ni muscles ! Celui-ci est en fait constitué de deux éléments principaux : un corps (la hampe) et un gland. Le corps du pénis est la partie la moins sensible du sexe masculin et comprend lui-même deux parties : les corps caverneux et le corps spongieux.

Les corps caverneux sont chacun traversés par une artère caverneuse et sont constitués d’espaces sinusoïdes. Lors de l’excitation sexuelle, grâce à l’artère caverneuse, les espaces sinusoïdes se remplissent de sang ; le corps du pénis se gonfle et se durcit alors.

Le corps spongieux, lui, n’intervient pas dans l’érection. Il est traversé par l’urètre et sert à faire passer urine, sperme et lubrification.

Le pénis appartient donc à la fois à l’appareil génital et à l’appareil urinaire.

Le pénis est l’organe symbole de la virilité : celui-ci, et surtout sa dimension, est bien souvent un sujet de discussion sans fin chez les hommes. Il faut savoir que chaque pénis est différent, tant au niveau de la dimension qu’au niveau de sa courbure. Gardons ceci en tête en lisant les données suivantes.

Au repos, le pénis atteint généralement les 8-10 cm tandis qu’en érection, il peut aller jusqu’à une quinzaine de centimètres, voire plus. Lorsqu’un pénis en érection mesure moins de 8 cm, on parle de « micro-pénis ».

En savoir plus

 2. Le gland

Le gland du pénis est l’extrémité de celui-ci, en forme de cône ou de cloche.

 Au repos, le gland est peu/pas visible puisqu’il est recouvert et protégé par le prépuce. En revanche, lors de l’érection, le prépuce se rétracte et se place juste derrière la couronne du gland (le petit bourrelet circulaire en forme de couronne, à la base du gland). Lors d’une érection, le gland change de couleur pour devenir plus foncé.

Le gland est très sensible au toucher car il possède énormément de terminaisons nerveuses. En plus d’être une zone érogène, le gland possède deux fonctions bien particulières :

  • il permet d’absorber les chocs durant la pénétration en cas de contacts répétés
  • lors de la pénétration, la couronne du gland (plus large que le reste du pénis) permet au sperme de rester à l’intérieur du vagin (il favorise ainsi la fécondation)

A l’extrémité du gland se trouve le méat urinaire, orifice de l’urètre qui traverse le gland. C’est par cet orifice que sortent l’urine et le sperme.

 

xx

3. Le prépuce

Le prépuce est le morceau de peau qui, au repos, protège et recouvre (totalement ou partiellement) le gland. Ce dernier est relié au prépuce par le frein du prépuce.

Lors de l’érection, le prépuce se rétracte et se place juste derrière la couronne du gland.

Parfois, pour des raisons médicales, hygiéniques ou religieuses, on procède à une ablation du prépuce (circoncision).

4. le frein

Le frein est un morceau de peau, de forme triangulaire, situé sous la verge. Il relie le prépuce au gland et est riche en terminaisons nerveuses (donc très sensible).

5. La couronne

La couronne est le petit bourrelet circulaire en forme de couronne, à la base du gland. Il sépare le gland du corps de la verge. La couronne est, avec le gland, l’une des zones les plus sensibles du sexe masculin.

6. Le méat urinaire

Le méat urinaire est l’extrémité du canal de l’urètre, canal qui traverse lé pénis et dans lequel circule l’urine ou le sperme. Il est visible à l’extrémité du gland.

7. Le scrotum/les bourses

Les bourses sont les enveloppes de peau qui contiennent les testicules. Elles sont d’aspect flasque, ridé, de couleur foncé et couvertes de poils. En apparence, on ne voit qu’une bourse qui pend sous la base du pénis. Cependant à l’extérieur, on aperçoit un sillon qui va d’avant en arrière et divise en deux les bourses.

Les bourses sont une zone érogène et celles-ci grossissent sous l’excitation sexuelle.

8. Le périnée

Les femmes ne sont pas les seules à posséder un périnée, les hommes en sont pourvus également !

Situé à la base du sexe et de l’anus, d’environ 2 cm de long, il soutient les muscles et les organes au niveau du bassin.

 

Texte relu et validé par une gynécologue le 31 mars 2014.