Définition et symptômes

Définition

C’est une infection des organes génitaux par un champignon. Elle est extrêmement fréquente et banale, notamment chez la femme. Le champignon en cause est pratiquement toujours le candida albicans. On parle dans ce cas de candidose.

L’infection survient le plus souvent de façon endogène (=d’une cause interne), liée au développement de candida déjà présents dans le vagin ou sur la peau. Elle peut également survenir de façon exogène (=d’une cause externe), par exemple dans le cadre d’une contamination par voie sexuelle, ou bien en allant à la piscine ou au bord de la plage… Il est donc possible de développer une mycose même si on n’a jamais eu de rapports sexuels.

L’infection mycosique génitale peut être épisodique ou récurrente. Une infection est dite récurrente à partir de quatre crises prouvées par an.

 

En savoir plus

Symptômes

Chez l’homme, la candidose se manifeste par une inflammation avec démangeaisons du gland et du prépuce. Dans les cas extrêmes, ces lésions peuvent évoluer vers un phimosis avec écoulement purulent. Mais la plupart du temps, l’infection est inapparente chez l’homme.

Chez la femme, il s’agit d’une infection de la vulve et du vagin (vulvo-vaginite) avec pertes blanches assez épaisses et inodores, et démangeaisons s’accompagnant de brûlures locales et de douleurs pendant les rapports sexuels. Ces symptômes sont exacerbés dans les jours qui précèdent les règles. Les pertes blanches ont l’aspect typique dit du « lait caillé ».

Facteurs de risques

Le vagin comporte, à l’état normal et pour son équilibre, des germes regroupés sous le terme de « flore de Döderlein ». Cette flore se compose de plusieurs germes, principalement le lactobacillus. La cohabitation bactérienne maintient un milieu acide du vagin (le Ph se situe entre 4 et 5) qui permet la lutte contre l’infection. Le déséquilibre de ce système transforme le milieu hostile en milieu accueillant permettant aux différents organismes ou germes de se développer et de provoquer des infections de manière épisodique ou régulière.

Certaines femmes sont prédisposées au développement infectieux :

  • prise d’antibiotiques, de corticoïdes ;
  • fatigue, maladie, stress ;
  • défenses immunitaires affaiblies ;
  • diabète.

À noter que la période des règles, la prise de pilule et la grossesse peuvent également favoriser le développement infectieux.

En prévention, et afin de favoriser un équilibre de cette flore, il est possible de prendre des extraits de pépins de pamplemousse trois fois par jour et des probiotiques par voie vaginale (Gynophilus, par exemple) quotidiennement.

Texte relu et validé par une gynécologue le 31 mars 2014.

sd