Définition et symptômes

La lubrification naturelle du vagin, lui conférant une texture douce et élastique, est régulée par des facteurs hormonaux, génétiques, médicamenteux ou psychologiques. Cet équilibre naturel d’humidification peut donc très facilement être perturbé au cours de la vie d’une femme. S’il est insuffisant, on parle de sécheresse vaginale.

La flore vaginale est l’ensemble des micro-organismes qui se trouvent dans le vagin. Ils permettent de limiter les infections en « combattant » les germes pathogènes. Le bacille de Döderlein en est l’un des principaux constituants. Une analyse par prélèvement permet de déterminer si la flore de Döderlein est suffisante. Cela permet notamment de diagnostiquer des problèmes de sécheresse intime.

Il ne faut cependant pas confondre sécheresse vaginale (manque d’humidification permanente du vagin) et le manque de lubrification lors d’un rapport sexuel.

Lors de l’excitation, la lubrification naturelle du vagin augmente significativement afin de permettre la pénétration. Pour différentes raisons, et en raison notamment d’un manque d’excitation, le vagin de la femme peut ne pas être assez lubrifié pour permettre la pénétration, sans qu’on puisse parler pour autant de sécheresse vaginale.

Les symptômes de la sécheresse vaginale sont multiples :

  • démangeaisons ;
  • inflammations ;
  • brûlures lors des rapports sexuels ;
  • fissurations
  • irritations provoquées par les frottements pendant les rapports sexuels, entraînant des lésions de la paroi vaginale ;
  • risques d’infections accrus.

Texte relu et validé par une gynécologue le 31 mars 2014.

En savoir plus