S

Sècheresse vaginale : Manque d’humidification permanent du vagin, à différencier d’un manque de lubrification lors d’un rapport sexuel. Les causes de la sécheresse vaginale sont multiples (hormonale, médicamenteuse, infectieuse, mauvaise hygiène de vie, psychologique). Elle entraine divers phénomènes : démangeaisons, inflammations, brûlures lors des rapports sexuels, lésions de la paroi vaginale, sensibilité aux infections et aux inflammations accompagnées de pertes odorantes.

Seringue (méthode dite « de la » : Méthode permettant à certains couples touchés par le vaginisme de parvenir à avoir un enfant. Le sperme, éjaculé à l’extérieur, est recueilli par la femme grâce à une seringue et déposé dans son vagin.

Sexologue : Thérapeute spécialiste des troubles de la sexualité. Le but de la thérapie est de mieux connaître et aimer son corps, de retrouver une vision positive de la sexualité, de déterminer et résoudre les blocages sexuels et de parvenir à maîtriser ses muscles pour permettre l’acte sexuel. (Pour obtenir des coordonnées de spécialistes, cliquez ici.)

Sex-toy : Jouet sexuel. Il existe des sex-toys vibrants (vibromasseurs) ou non vibrants (godes, dildo), de toute taille, couleur et matière. Ils peuvent remplacer les dilatateurs pour les exercices, d’autant plus que les vibromasseurs peuvent être utilisés également pour une excitation clitoridienne. Ils ont donc l’avantage de vous mettre en meilleure condition pour effectuer ces exercices. Un vibromasseur posé contre l’entrée de votre vagin ou sur votre périnée peut aussi aider à détendre vos muscles.

Sexualité « parallèle » : Terme désigné par les couples pour définir la sexualité mise en place pour contourner l’obstacle du vaginisme/vestibulite. Elle repose principalement sur les préliminaires : jeux, caresses, massages,…

Sophrologie : Méthode de relaxation de type dynamique dont l’objectif est de transformer nos angoisses ou phobies en pensées positives. Elle permet d’apprendre à se détendre physiquement par un jeu de respiration et de visualisation de chaque partie du corps (de la tête aux pieds) au son de la voix du praticien.

Spasme : Contraction pathologique.

Spermicide : Substance que l’on place dans les voies génitales féminines et qui agit comme contraceptif (via la destruction des spermatozoïdes). Ces substances se retrouvent sous forme d’ovules ou de gels (éventuellement à imprégner sur une éponge). Cette méthode contraceptive étant relativement peu fiable, il est préférable de l’utiliser en complément aux autres méthodes (diaphragme, cape).

Spéculum : Instrument métallique ou en plastique qui permet d’écarter légèrement les parois du vagin afin de permettre au gynécologue d’observer le vagin et le col de l’utérus.

Stérilet : Autre nom du Dispositif Intra-Utérin (DIU). Moyen de contraception en matière plastique ou en cuivre, se plaçant dans la cavité utérine. Il empêche la nidation de l’ovule fécondé.

Stop-pipi (exercice du) : Cet exercice consiste, en urinant, à bloquer le jet quelques secondes, puis à reprendre la mixtion. Cette action permet de contracter et décontracter les muscles pelviens sur demande, de prendre conscience des muscles en mouvement. Une fois cette prise de conscience, il est préférable d’effectuer le même exercice sans uriner.