H

Herpès génital : Maladie virale contagieuse, sexuellement transmissible, localisée sur les organes sexuels.

Homéopathie : Médecine douce dont le nom signifie « semblable à la maladie ». L’homéopathie se sert de remèdes naturels pour combattre « le mal par le mal » (elle se différencie donc de l’allopathie, médecine conventionnelle qui se fonde sur l’usage de substances synthétiques visant à détruire les agents pathogènes). La médecine homéopathique consiste ainsi à administrer une dose de principe actif hautement diluée à un patient sous forme de granules principalement (il existe également d’autres formes pharmaceutiques). La molécule (ou médicament) à dose normale provoquerait un « profil de symptômes » mais, par dilution, elle permet justement de les soigner. Des doses très faibles provoquent la suppression des symptômes de la maladie.

Hymen : Membrane située à l’entrée de l’ouverture du vagin, l’hymen sépare partiellement le vagin de la vulve. L’hymen n’est pas une membrane complète, elle comporte presque toujours une légère ouverture. Si l’hymen n’est pas perforé, il s’agit d’une anomalie à laquelle il faut remédier par une petite intervention (pour permettre l’écoulement des règles par exemple). L’hymen est donc une membrane ouverte mais il peut prendre de nombreuses formes : son ouverture peut être un beau cercle régulier, une fente longitudinale, un ensemble de petits trous,…

Hyménotomie : Incision chirurgicale de l’hymen. Elle est pratiquée lorsqu’un hymen trop résistant est la cause d’une impossibilité de pénétration. Cette opération ne guérit pas du vaginisme (la source du problème étant une contraction des muscles, sans rapport avec l’hymen) mais peut avoir un effet psychologique positif.