Diagnostic

Un médecin devrait être en mesure de vous répondre après vous avoir posé quelques questions et suite à un examen.

L’examen gynécologique est nécessaire pour éliminer une cause physique à cette impossibilité de pénétration. Il faut notamment vérifier qu’il ne s’agit pas d’une vestibulite ou de toute autre vulvodynie.

Il est possible également que, dans certains cas, un hymen trop résistant soit la cause de cette impossibilité de pénétration, et non un cas de vaginisme. Il faut cependant se garder de considérer l’hyménotomie (incision chirurgicale de l’hymen) comme le moyen garanti de récupérer des fonctions sexuelles normales. Dans la plupart des cas, en effet, cette impossible pénétration est due à un vaginisme.

Or, ce dernier est causé par une contraction des muscles pelviens, la présence ou non de l’hymen n’interférant pas sur celle-ci. Cette opération, si elle peut avoir un effet psychologique positif sur la femme et sur sa peur, n’a pas d’incidence directe sur le vaginisme.

Lors d’une tentative de pénétration (par un doigt, un objet ou un pénis), la sensation de douleur donne l’impression d’un brûlement ou d’un déchirement. Les femmes la décrivent ainsi : « C’est comme s’il frappait un mur » ; « C’est comme s’il était trop gros pour moi » ou encore « Je sens que je vais me déchirer ». Dans certains cas, la pénétration n’est pas douloureuse, mais en revanche impossible.

La douleur peut ou non s’atténuer pendant les rapports sexuels, et elle peut par moments être moins aiguë.

 

Texte relu et validé par une gynécologue le 31 mars 2014.